Pourquoi les prix de l'immobilier au Luxembourg augmentent-ils si rapidement ?

Le Luxembourg n'est qu'un petit pays où l'on peut très bien vivre.

Mais la situation est aussi faite maison. Le Luxembourg doit créer environ 15.000 nouveaux emplois par an pour que le "système" (prestations sociales et croissance) puisse continuer à fonctionner. La grande majorité d'entre eux se situent dans des classes salariales supérieures. Le marché du travail luxembourgeois, cependant, ne produit que quelques travailleurs qui pourraient occuper ces emplois nouvellement créés et, par conséquent, de nouveaux travailleurs viennent chaque année au Luxembourg en provenance du monde entier et, surtout, des régions frontalières. Selon le Statec, entre 2000 et 2017, le nombre de travailleurs frontaliers a augmenté d'environ 100 000. Ceux qui peuvent se le permettre et ne veulent pas passer 1-3 heures par jour à chercher un logement au Luxembourg influencent les prix de l'immobilier car la demande augmente fortement, tant en termes de loyer que d'achat. Les employés qui viennent de plus loin sont toujours actifs sur le marché immobilier, que ce soit en tant qu'acheteurs ou locataires. De plus, nous n'avons guère à payer d'impôts et d'impôts fonciers et les impôts sur le revenu et sur les successions sont au moins partiellement plus avantageux que dans les pays voisins. Bien entendu, cela ne s'applique qu'aux employés qui proviennent des échelles salariales les plus élevées. Il suffit cependant que les salariés et les retraités des classes salariales inférieures vivant au Luxembourg doivent s'installer dans la zone frontalière des pays voisins parce qu'ils n'ont plus les moyens de le faire ici.

Toutefois, les prix de vente ont évolué plus rapidement que les prix de location, plutôt inaperçus. Il y a 15 à 20 ans, les loyers demandés étaient souvent supérieurs aux 5% de l'investissement légalement autorisés ; aujourd'hui, ils se situent généralement entre 3 et 4% seulement. C'est encore très avantageux par rapport aux taux d'intérêt sur la banque qui tendent vers zéro. Parce qu'en même temps, la valeur de l'immobilier augmente chaque année d'environ 4 %, un tel investissement est lucratif. Le système ne peut plus être modifié sans détruire beaucoup de porcelaine ou de richesses, mais vous pouvez réduire quelque peu la vitesse comme vous l'avez souvent suggéré et vous concentrer sur une croissance plus durable.

Bien entendu, il serait également utile que les obstacles administratifs dans les nouveaux projets de construction puissent enfin être surmontés plus rapidement. Mais on a le sentiment qu'elle devient de plus en plus complexe.

Il est également étonnant de voir à quel point les communautés voisines ont parfois des idées contradictoires sur la façon dont la communauté devrait se développer, allant d'immeubles d'appartements trop grands à une politique antirésidentielle, sans égard au fait que certaines communautés sont et veulent rester plus rurales que d'autres. Il existe également une règle qui stipule que dans le cas de la "faible densité" ou HAB1 (faible densité), seul un maximum de 20 unités d'habitation par hectare peut être construit. Depuis 20 ans, on prêche qu'il faut consommer moins de terres par unité, mais cette règle n'a jamais été adaptée. Pour les projets de construction neuve, il est impératif d'aller vers une plus forte densité, c'est-à-dire une construction plus dense, partout, mais en proportion des règles existantes. Il doit également être possible de construire beaucoup plus haut à certains endroits désignés. (Kirchberg, grands axes vers la capitale, etc.) comme aujourd'hui, du moins en partie, dans le Ban de Gasperich.

Ce n'est pas parce que les prix sont si élevés qu'il faut construire en principe, que là où on peut construire des maisons unifamiliales, il doit aussi être possible de construire des maisons de 2 familles à condition que le volume de construction reste conforme à celui d'une maison individuelle, que la maison soit construite d'un côté au maximum et qu'on puisse créer suffisamment de parking (selon les règlements de construction des municipalités concernées).

Pour éviter qu'elle ne dégénère, il faut également décider qu'en cas de construction de nouveaux projets de construction dans le HAB1, un maximum de 20 % de maisons de 2 familles peut être construit.

Les faibles taux d'intérêt hypothécaires et d'épargne contribuent également au fait que les gens investissent dans l'immobilier, car il est toujours plus intéressant d'avoir une croissance annuelle de 4% sur une propriété que d'avoir environ 0,15% sur les dépôts bancaires. Le faible taux hypothécaire a un impact direct sur les prix de l'immobilier parce que les gens peuvent contracter des prêts plus élevés.

On peut donc dire que la crise de 2008 a ralenti les prix de l'immobilier pendant un certain temps, mais les conséquences les ont vraiment fait monter.

Malheureusement, nous ne pouvons pas étendre la superficie de notre petit pays attrayant, alors nous devons prendre de nouvelles voies.

prix-immobiliers.jpg